Colocation : combien d’assurances habitation ?

L’assurance habitation et le casse-tête de la colocation

La colocation est le fait de louer un logement en commun. Mais au moment où un sinistre survient dans l’appartement ou la maison partagée, mieux vaut avoir préparé le terrain et avoir défini ce qui ressort de la responsabilité commune ! Pour que chaque colocataire soit protégé en cas de problème, il existe différentes manières de souscrire à une assurance habitation. Voici lesquelles. colocation, assurance

Actualité investissement et immobilier

L’assurance habitation et le casse-tête de la colocation

La colocation est le fait de louer un logement en commun. Mais au moment où un sinistre survient dans l’appartement ou la maison partagée, mieux vaut avoir préparé le terrain et avoir défini ce qui ressort de la responsabilité commune ! Pour que chaque colocataire soit protégé en cas de problème, il existe différentes manières de souscrire à une assurance habitation. Voici lesquelles.

Une assurance habitation est obligatoire en colocation

577a68771a17e.png

Location individuelle ou colocation, appartement ou maison, les règles sont les mêmes pour tous : un locataire a l’obligation d’assurer le logement dans lequel il habite, et de présenter au propriétaire une attestation d’assurance habitation, renouvelée chaque année. À défaut, le bailleur peut refuser de signer le contrat de location ou y mettre fin à n’importe quel moment. Les colocataires d’un logement, tout comme un locataire unique ou un ménage, doivent donc souscrire au minimum une garantie des risques locatifs. Celle-ci couvre les dommages en cas de dégât des eaux, d’incendie ou d’explosion, et ce afin que les colocataires soient solidairement responsables des préjudices causés par un tel sinistre.
À la garantie risques locatifs, il faut y ajouter la responsabilité civile, qui protège des dégâts touchant les tiers (des voisins, par exemple). Elle n’est pas obligatoire, mais elle peut néanmoins être exigée par un propriétaire en dehors de tout fondement légal. Pour les colocataires, elle reste une garantie essentielle qu’il vaut mieux avoir souscrit.
Au final, le contrat idéal reste l’assurance multirisque habitation, qui prend en charge tous les cas de figure, y compris les dommages aux biens – une garantie qui couvre les dégâts éventuels contre les biens présents dans le logement. Voyez par exemple ce que couvre l’assurance habitation sur Maaf.fr dans le cadre d’une colocation.

Une ou plusieurs assurances habitation ?

La particularité d’une colocation fait qu’un seul des colocataires doit, au minimum, présenter une garantie contre les risques locatifs (voir ici) ; les autres ne sont pas forcés de s’assurer. Attention, toutefois : en cas de sinistre, tous les colocataires seront traités à égalité de responsabilité, et chacun devra participer à la réparation du préjudice en versant une indemnité calculée en fonction de sa quote-part du loyer.
Il est donc fortement recommandé à chaque colocataire d’être protégé par l’assurance habitation. Deux solutions sont possibles :
• Un seul contrat d’assurance habitation ;
• Autant de contrats qu’il y a de colocataires.

Voyons maintenant dans le détail comment fonctionnent ces deux types de contrats.

Vous souhaitez investir dans l'immobilier ?
Parlez-nous de votre projet

Quel type de contrat colocation préférer ?

Le premier cas, celui du contrat unique pour tous, s’appelle également une assurance colocation, ou assurance habitation colocation. Elle implique qu’en cas de sinistre, tous les colocataires seront responsables solidairement du sinistre et de la totalité de ses conséquences. Ce type de contrat est souscrit par un seul des colocataires pour le compte de tous les autres, chacun étant protégé et responsable à parts égales, ce qui est une solution idéale pour éviter les litiges. Toutefois, il est indispensable de faire figurer sur le contrat les noms de tous les colocataires.
Dans le second cas, où chaque colocataire signe son propre contrat d’assurance habitation, il est recommandé de souscrire toutes les garanties auprès de la même compagnie d’assurance. Cette précaution permet d’éviter les litiges de longue durée qui peuvent survenir entre des assureurs différents suite à un sinistre. Notez également qu’au-delà de trois assurés indépendants, la gestion des litiges devient bien plus complexe. Quelle que soit la solution choisie, il est nécessaire de bien prendre en compte, dans le contrat, toute la surface du logement, les chambres, ainsi que les parties communes aux colocataires.
Enfin, il est tout à fait possible que le propriétaire et les colocataires se mettent d’accord pour que l’assurance habitation soit souscrite par le propriétaire lui-même. En échange, celui-ci additionnera au loyer le montant annuel de sa cotisation.


04-07-2016

Crédit photo :



 

Autres articles

- Le bail vert : la gestion locative à l’heure du développement durable
- Avant l’achat d’un appartement neuf, vérifiez ses performances énergétiques
- 5 leviers pour optimiser son prêt immobilier
- Comprendre les tarifs d’une agence immobilière
- Les innovations immobilières du mois d’octobre
- Financement participatif immobilier : Les chiffres d’une économie bien lancée


Rechercher un bien
d'investissement locatif

Logement locatif

Logement locatif

RUEIL-MALMAISON

Studio de 27,17 m²

Studio éligible à la Loi Pinel à Rueil Malmaison, à proximité des écoles, commerces et transports.
La...


213.000  €

Loi Pinel

Loi Pinel

MANTES-LA-JOLIE

3 pièces de 64,22 m²

Actable au 1er trimestre 2017 et livrable au 1er trimestre 2018.Cette appartement a une véritable valeur...

196.931  €


Rechercher un article