Blockchain : le crowdfunding français pionnier de la révolution financière

La blockchain : le crowdfunding français pionnier de la révolution financière

Depuis 2012, le gouvernement a engagé un grand nombre d’actions afin de donner les outils nécessaires aux start-up et aux PME pour profiter de l’ensemble de leurs potentiels de croissance. Ces mesures ont permis, entre autres, l’assouplissement du cadre juridique relatif au crowdfunding afin de le démocratiser et faire de la France, le pays pionnier du financement participatif. pionnier, financier, révolution financière, fintech

Actualité crowdfunding et immobilier

La blockchain : le crowdfunding français pionnier de la révolution financière

Depuis 2012, le gouvernement a engagé un grand nombre d’actions afin de donner les outils nécessaires aux start-up et aux PME pour profiter de l’ensemble de leurs potentiels de croissance. Ces mesures ont permis, entre autres, l’assouplissement du cadre juridique relatif au crowdfunding afin de le démocratiser et faire de la France, le pays pionnier du financement participatif.

Une progression rapide du secteur et le lancement de la Blockchain

55812dad42e3f.png

Côté chiffres, le nombre de français ayant investi en crowdfunding en 2015 s’établit à 2.3 millions, soit un million de plus qu’en 2014. Les montants collectés ont pratiquement doublé passant de 152 millions d’euros en 2014 à 297 millions en 2015. C’est dans ce contexte qu’Emmanuel Macron a, le 29 mars 2016 lors des Assises de la Finance Participative, ouvert la voie à l’expérimentation de la nouvelle technologie 'Blockchain' au travers des plateformes de crowdfunding afin de permettre le décloisonnement du système de prêts accordés aux PME.

Qu'est-ce que la Blockchain ?

Le terme de Blockchain est sous le feu des projecteurs en ce moment, mais il serait trompeur de penser que ce n’est qu’un buzz. En effet, la Blockchain représente un réel phénomène de fonds, qui selon de nombreux spécialistes, s’apprêtent à bouleverser le monde comme l’a fait l’Internet.
Littéralement, elle désigne une chaine de blocs, où sont stockées des informations de toutes natures (contrats, titre de propriétés etc.). Elle s’appuie sur une technologie de stockage et de transmission d’informations transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. Ainsi, elle peut être assimilée à un grand livre public des comptes, anonyme et infalsifiable.
La Blockchain a attiré plus de 494 millions de dollars dans le monde en 2015 et a réussi à réaliser la plus grosse levée de fonds de tous les temps par crowdfunding, s’élevant à 170 millions de dollars pour le projet DAO dont la campagne a été clôturée le 28 mai 2016.

Vers un marché secondaire pour les titres de PME ?

L’ordonnance du 28 avril 2016 donne la possibilité d’inscrire l’émission de minibons dans une Blockchain. Les minibons sont des instruments non financiers qui permettront aux personnes morales de prêter de l'argent aux entreprises via les plateformes de crowdfunding alors que les règles applicables en matière de prêts avant les minibons n’admettaient que des personnes physiques comme émetteurs à hauteur de 1.000 euros d’investissement par projet. Cette ordonnance prévoit également la mise en place d’un groupe de travail qui devra déterminer les conditions de réalisation d'un tel projet, afin d’assurer que la technologie est assez sûre et mature pour assurer la tenue d'un registre électronique distribué fiable, sécurisé et susceptible d'être audité.
Ainsi, si l'expérimentation s'avère concluante, les pouvoirs publics pourraient l'étendre dans la gestion d’actions, d’obligations et aux titres non cotés afin de favoriser l'émergence d'une bourse relative aux PME, qui représente le véritable enjeu de la mise en place de la Blockchain au sein des plateformes de crowdfunding.

La blcokchain : prochaine révolution numérique

L’adoption élargie de cette technologie pourra faciliter le financement d’entreprises par des transactions sécurisées tout en fluidifiant les échanges grâce aux smart contracts : des contrats autonomes qui s’exécutent seuls, sans intervention humaine, lorsque les paramètres d’un contrat sont atteints, assurant donc la compensation des règlements et leurs enregistrements. La Blockchain permettra donc d’accélérer les processus, de sécuriser l’information et de réduire les coûts de fonctionnement, tout en apportant de nouvelles solutions aux porteurs de projets et aux investisseurs.
En effet, la mise en place d’un véritable registre des actionnaires grâce aux smart contracts, qui de plus est automatisé, permettra l’amélioration de la gestion des entreprises qui passent par le crowdfunding et qui ont, par définition, une « foule » d’actionnaires. Le registre va venir améliorer le reporting et faciliter la logistique en matière de communication entre l’entreprise et ses actionnaires, réduisant ainsi leurs coûts de gestion. La création de ce registre permettra également aux actionnaires d’échanger leurs titres, instantanément. La Blockchain apportera donc une nouvelle solution aux épargnants dans le paysage du financement participatif, pouvant mener à un véritable marché secondaire pour les sociétés non cotées.

Grâce à ces évolutions importantes, le crowdfunding français pourrait bien être le premier acteur mondial à instaurer un marché secondaire relatif aux titres émis via les plateformes de financements participatifs.
Au vu de tous ces apports potentiels, profitant aux investisseurs, aux porteurs de projets et aux plateformes, que la plateforme Canberra Immo suit de très près la mise en place du décret permettant d’utiliser la Blockchain, en participant au groupe d’étude dirigée par l’association Financement Participatif France.

13-06-2016
Canberra

Crédit photo :


Découvrir les offres de crowdfunding immobilier
 

Autres articles

- Le royalty crowdfunding, l'autre manière d'investir en financement participatif
- Encadrement des loyers : 400 villes d’Ile de France concernées dès 2018
- Des innovations immobilières face à la pénurie de logements
- L’assurance habitation et le casse-tête de la colocation
- Avis d'expert : l'encadrement des loyers une mesure qui semble bien fonctionner
- Quelles perspectives d’avenir pour le crowdfunding immobilier ?